Risque médical : condamnation record pour un médecin généraliste

Risque médical : condamnation record pour un médecin généraliste

octobre 9, 2019 0 Par admin

Du jamais-vu. Pour la première fois l’an dernier, la MACSF-Le Sou Médical a dû faire face à un dossier d’indemnisation à plus de 10 millions d’euros impliquant un médecin généraliste qu’il assure au titre de 
sa responsabilité civile professionnelle.

Le praticien mis en cause avait examiné un bébé de 7 mois pour une gastro-entérite et dont l’état de santé s’était dégradé nécessitant une hospitalisation. Il lui est reproché « d’avoir manqué de vigilance face à une situation pathologique délicate », explique le groupe mutualiste, qui présentait lundi son rapport annuel sur le risque des professionnels de santé.

L’enfant est atteinte d’un syndrome de West lésionnel, à l’origine d’un déficit intellectuel majeur, de troubles moteurs et d’une épilepsie difficile à équilibrer. Ce qui a conduit la justice civile à accorder une indemnisation de 10,2 millions d’euros.

En 2018, la MACSF-Le Sou Médical s’est retrouvée avec 9 autres décisions de justice dépassant le million d’euros d’indemnisation, dont 2 à plus de 3 millions concernant des médecins généralistes.

« Extrême sévérité des magistrats »

L’année 2018 aura été marquée « par une extrême sévérité des magistrats », a souligné Nicolas Gombault, directeur général délégué du groupe MACSF. Selon lui, il faut y voir « le reflet des exigences de la société » vis-à-vis des professionnels de santé : « Nous ne défendons pas moins bien nos sociétaires qu’auparavant et ceux-ci ne commettent pas davantage de fautes qu’avant », affirme-t-il.

Sur les 434 décisions de justice civiles rendues en 2018, 69 % d’entre elles se sont soldées par une condamnation, contre 64 % l’année précédente. C’est le niveau le plus élevé jamais atteint.

Un taux de sinistralité stable

Le montant total des indemnisations accordées par les juridictions civiles, qui a atteint 52,45 millions d’euros en 2018, est lui aussi en nette hausse ( 24 %). Trois spécialités (la médecine générale, la gynécologie obstétrique et la chirurgie) totalisent à elles seules plus des trois quarts des sommes allouées.

L’an dernier, la MACSF-Le Sou Médical, qui assure plus de 487.000 professionnels de santé pour leur responsabilité civile professionnelle, a reçu 4.723 déclarations de sinistres corporels ( 1,6 %). Mais le taux de sinistralité – c’est-à-dire le nombre de déclarations pour 100 assurés – est resté stable, à 1,01 %, tous modes d’exercice et de spécialité confondus. Il s’élève à 1,58 % pour les médecins et à 7,09 % pour les chirurgiens-dentistes. Chez les médecins libéraux, il culmine à 78 % pour la neurochirurgie.

100 dossiers sur la Dépakine

Sur le dossier de 
la Dépakine

, cet épileptique à l’origine de troubles neurodéveloppementaux de malformations chez les enfants exposés in utero à la molécule, l’assureur a déjà reçu 100 déclarations de sinistres de la part de neurologues, de médecins généralistes ou de gynécologues-obstétriciens. « Mais nous n’avons pas encore eu d’indemnisations à verser », précise Nicolas Gombault. « Encore très peu de victimes se sont manifestées pour solliciter une indemnisation », précise-t-il.

Concernant
le Médiator

« nous sommes vraiment sur la fin du dossier ». En tout, l’assureur aura reçu 200 déclarations de sinistre.


Huile de CBD peut aider avec l’épilepsie. Visite HuileCBD.be


 
/>Lire la suite