Interactions neurones-cellules gliales dans la physiopathologie de l'épilepsi

Interactions neurones-cellules gliales dans la physiopathologie de l'épilepsi

mars 15, 2019 0 Par admin

Abstrait

L’épilepsie est un trouble neurologique qui affecte environ 65 millions de personnes dans le monde. Elle est causée par un déclenchement aberrant et synchronisé de populations de neurones principalement dû à un déséquilibre entre la neurotransmission excitatrice et inhibitrice. Par conséquent, l’axe historique de la recherche sur l’épilepsie a été neurocentrique. Cependant, les deux dernières décennies ont connu une explosion de recherches sur le rôle de la glie dans le soutien et la modulation de l’activité neuronale, fournissant des preuves convaincantes de l’implication de la glie dans la physiopathologie de l’épilepsie. Les mécanismes par lesquels les cellules gliales, en particulier les astrocytes et la microglie, peuvent contribuer à l’épilepsie et, par conséquent, pourraient être exploités de manière thérapeutique sont discutés dans cet article.

Options d’ accès Options d’accès

Abonnez-vous à la revue

Obtenez un accès complet au journal pendant 1 an

75,02 €

seulement 6,25 € par numéro

Tous les prix incluent la TVA pour les Pays-Bas.

Article Louer ou Acheter

Obtenez un accès limité aux articles ou complet aux articles sur ReadCube.

à partir de 8,99 $

Tous les prix sont des prix nets.

Information additionnelle

Springer Nature reste neutre en ce qui concerne les revendications de juridiction dans les cartes publiées et les affiliations institutionnelles.

Références

  1. 1.

    Sontheimer, H. Maladies du système nerveux 61–95 (Elsevier, 2015).

    • 2

      Fisher, RS et al. Rapport officiel ILAE: une définition clinique pratique de l’épilepsie. Epilepsia 55 , 475–482 (2014).

    • 3

      Kaplan, DI, Isom, LL et Petrou, S. Rôle des canaux sodiques dans l’épilepsie. Harb Spring Spring. Perspective. Med. 6 , a022814 (2016).

    • 4

      Loscher, W., Hirsch, LJ & Schmidt, D. L’énigme de la période de latence dans le développement de l’épilepsie acquise symptomatique – vision traditionnelle versus nouveaux concepts. Comportement d’épilepsie. 52 , 78–92 (2015).

    • 5

      Sofroniew, MV Astrogliosis. Harb Spring Spring. Perspective. Biol. 7 , a020420 (2014).

    • 6

      Vezzani, A., français, J., Bartfai, T. & Baram, TZ Le rôle de l’inflammation dans l’épilepsie. Nat. Rev. Neurol. 7 , 31–40 (2011).

    • 7.

      van Vliet, EA et al. Une fuite de la barrière hémato-encéphalique peut entraîner une progression de l’épilepsie du lobe temporal. Brain 130 , 521-534 (2007).

    • 8

      Dingledine, R., Varvel, NH et Dudek, FE Quand et comment les crises épileptiques tuent-elles les neurones et la mort cellulaire est-elle pertinente pour l’épileptogenèse? Adv. Exp. Med. Biol. 813 , 109-122 (2014).

    • 9

      Jessberger, S. & Parent, JM Épilepsie et neurogenèse chez l’adulte. Harb Spring Spring. Perspective. Biol. 7 , a020677 (2015).

    • dix.

      Goldberg, EM & Coulter, DA Mécanismes de l’épileptogenèse: convergence sur le dysfonctionnement des circuits neuronaux. Nat. Rev. Neurosci. 14 , 337–349 (2013).

    • 11

      Devinsky, O., A. Vezzani, S. Najjar, De Lanerolle, NC et Rogawski, MA Glia et l’épilepsie: excitabilité et inflammation. Tendances Neurosci. 36 , 174-184 (2013).

    • 12

      Kim, SY, Porter, BE, Friedman, A. et Kaufer, D. Un rôle potentiel pour le remodelage de la matrice extracellulaire dérivée de la glie dans l’épilepsie post-traumatique. J. Neurosci. Res. 94 , 794–803 (2016).

    • 13

      Hauser, RM, Henshall, DC & Lubin, FD L’épigénétique de l’épilepsie et de sa progression. Neuroscientist 24 , 186–200 (2018).

    • 14

      Silver, J. & Miller, JH Régénération au-delà de la cicatrice gliale. Nat. Rev. Neurosci. 5 , 146-156 (2004).

    • 15

      Liddelow, SA et al. Les astrocytes réactifs neurotoxiques sont induits par la microglie activée. Nature 541 , 481–487 (2017).

    • 16

      Robel, S. et al. L’astrogliosis réactif provoque l’apparition de crises convulsives spontanées. J. Neurosci. 35 , 3330 à 3345 (2015). Cette étude montre que l’astrogliosis induite génétiquement est suffisante pour provoquer des crises d’épilepsie chez des souris ne présentant aucune autre pathologie du système nerveux central .

    • 17

      Ortinski, PI et al. L’induction sélective de la gliose astrocytaire génère des déficits d’inhibition neuronale. Nat. Neurosci. 13 , 584–591 (2010). Cette étude démontre que l’induction sélective de l’astrogliosis chez des souris utilisant un virus est suffisante pour provoquer une hyperexcitabilité du réseau en altérant l’inhibition neuronale .

    • 18

      Uhlmann, EJ et al. Les souris knockout conditionnelles TSC1 spécifiques aux astrocytes présentent une organisation neuronale et des convulsions anormales. Ann. Neurol. 52 , 285-296 (2002).

    • 19

      Sosunov, AA et al. Conversions phénotypiques d’astrocytes «protoplasmiques» en «réactifs» dans la maladie d’Alexander. J. Neurosci. 33 , 7439 à 7450 (2013).

    • 20

      Messing, A., Brenner, M., Feany, MB, Nedergaard, M. et Goldman, JE Alexander, maladie. J. Neurosci. 32 , 5017–5023 (2012).

    • 21

      Rossini, L. et al. L’activité épileptique en soi n’induit pas de marqueur de lésion tissulaire dans l’épilepsie focale néocorticale chez l’homme. Ann. Neurol. 82 , 331 à 341 (2017).

    • 22

      Buckmaster, PS, Abrams, E. & Wen, X. La fréquence des crises est en corrélation avec la perte de neurones GABAergiques du gyrus denté dans un modèle murin d’épilepsie du lobe temporal. J. Comp. Neurol. 525 , 2592-2610 (2017).

    • 23

      Moody, WJ, Futamachi, KJ et Prince, DA Activité de potassium extracellulaire au cours de l’épileptogenèse. Exp. Neurol. 42 , 248-263 (1974).

    • 24

      Heinemann, U. & Lux, HD Le plafond de stimulus induit une augmentation de la concentration en potassium extracellulaire dans le cortex cérébral du chat. Brain Res. 120 , 231 à 249 (1977).

    • 25

      Coulter, DA et Steinhauser, C. Rôle des astrocytes dans l’épilepsie. Harb Spring Spring. Perspective. Med. 5 , a022434 (2015).

    • 26.

      Traynelis, SF et Dingledine, R. Crises électrographiques spontanées induites par le potassium dans la tranche de l’hippocampe de rat. J. Neurophysiol. 59 , 259-276 (1988).

    • 27

      Gabriel, S. et al. Activité épileptiforme induite par le stimulus et le potassium dans le gyrus humain denté chez des patients atteints ou non de sclérose de l’hippocampe. J. Neurosci. 24 , 10416-10430 (2004).

    • 28

      Olsen, ML & Sontheimer, H. Implications fonctionnelles pour les canaux Kir4.1 en biologie gliale: du tampon K à la différenciation cellulaire. J. Neurochem. 107 , 589–601 (2008).

    • 29

      Steinhauser, C., Seifert, G. et Bedner, P. Dysfonctionnement des astrocytes dans l’épilepsie du lobe temporal: canaux K et couplage par jonction lacunaire. Glia 60 , 1192-1202 (2012).

    • 30

      Heuser, K. et al. Perte de canaux de potassium Kiriv.1 périvasculaires dans l’hippocampe sclérotique de patients atteints d’épilepsie du lobe temporal mésial. J. Neuropathol. Exp. Neurol. 71 , 814 à 825 (2012).

    • 31.

      Hinterkeuser, S. et al. Les astrocytes de l’hippocampe de patients atteints d’épilepsie du lobe temporal présentent des modifications des conductances potassiques. EUR. J. Neurosci. 12 , 2087-2096 (2000).

    • 32

      Djukic, B., Casper, KB, Philpot, BD, Menton, LS et McCarthy, KD Le knock-out conditionnel de Kir4.1 conduit à une dépolarisation de la membrane gliale, à une inhibition de l’absorption de potassium et de glutamate et à une potentialisation synaptique à court terme améliorée. J. Neurosci. 27 , 11354-11365 (2007).

    • 33

      Buono, RJ et al. Association entre la variation du gène du canal ionique de potassium humain KCNJ10 et la susceptibilité aux crises. Epilepsy Res. 58 , 175-183 (2004).

    • 34

      Ferraro, TN et al. Cartographie fine d’un locus de susceptibilité aux crises sur le chromosome 1 de la souris: désignation de Kcnj10 en tant que gène causal. Mamm. Genome 15 , 239–251 (2004).

    • 35

      Kucheryavykh, YV et al. La régulation négative des sous-unités des canaux potassiques rectifiant vers l’intérieur de Kir4.1 par l’ARNi altère le transfert de potassium et l’absorption de glutamate par des astrocytes corticaux en culture. Glia 55 , 274-281 (2007).

    • 36

      Doyon, N., L. Vinay, Prescott, SA et De Koninck, Y. Régulation du chlorure: un équilibre dynamique crucial pour l’inhibition synaptique. Neuron 89 , 1157-1172 (2016).

    • 37

      Moore, YE, Kelley, MR, Brandon, NJ, Deeb, TZ & Moss, SJ Prise du contrôle de KCC2: une nouvelle cible thérapeutique pour l’épilepsie. Tendances Neurosci. 40 , 555-571 (2017).

    • 38

      Lee, HH, Deeb, TZ, Walker, JA, Davies, PA et Moss, SJ L’activité du récepteur NMDA régule négativement le KCC2, ce qui entraîne la dépolarisation des courants médiés par le récepteur GABAA. Nat. Neurosci. 14 , 736–743 (2011).

    • 39

      Rivera, C. et al. L’activation de TrkB induite par le BDNF régule à la baisse le cotransporteur K -Cl KCC2 et altère l’extrusion de Cl neuronale. J. Cell Biol. 159 , 747 à 752 (2002).

    • 40

      Papadopoulos, MC & Verkman, AS Aquaporin canaux de l’eau dans le système nerveux. Nat. Rev .: Neurosci. 14 , 265 à 277 (2013).

    • 41

      Binder, DK, Nagelhus, EA & Ottersen, OP Aquaporin-4 et l’épilepsie. Glia 60 , 1203-1214 (2012).

    • 42

      Solenov, E., Watanabe, H., Manley, GT et Verkman, AS. Perméabilité à l’eau osmotique sept fois réduite dans des cultures d’astrocytes primaires de souris déficientes en AQP-4, mesurée par une méthode d’extinction de fluorescence. Un m. J. Physiol. 286 , C426 à C432 (2004).

    • 43

      Nicchia, GP, Frigeri, A., Liuzzi, GM et Svelto, M. L’inhibition de l’expression de l’aquaporine-4 dans les astrocytes par l’ARNi détermine l’altération de la morphologie cellulaire, de la croissance et du transport de l’eau et induit des modifications des gènes liés à l’ischémie. FASEB J. 17 , 1508-1510 (2003).

    • 44

      Vajda, Z. et al. Apparition tardive d’un œdème cérébral et mauvaise localisation de l’aquaporine-4 chez des souris transgéniques dépourvues de dystrophine. Proc. Natl Acad. Sci. USA 99 , 13131-13136 (2002).

    • 45

      Neely, JD et al. Expression dépendante de la syntrophine et localisation de la protéine du canal d’eau Aquaporin-4. Proc. Natl Acad. Sci. USA 98 , 14108-14113 (2001).

    • 46

      Nagelhus, EA, Mathiisen, TM et Ottersen, OP Aquaporin-4 dans le système nerveux central: distribution cellulaire et subcellulaire et co-expression avec KIR4.1. Neuroscience 129 , 905–913 (2004).

    • 47

      Hochman, DW Espace extracellulaire et activité épileptique dans le cerveau adulte: explication des effets antiépileptiques du furosémide et du bumétanide. Epilepsia 53 (Suppl. 1), 18-25 (2012).

    • 48.

      Amiry-Moghaddam, M. et al. Élimination retardée du K associée à une mauvaise localisation de l’aquaporine-4: défauts phénotypiques dans le cerveau de souris nulles pour la syn-alpha-syntrophine. Proc. Natl Acad. Sci. USA 100 , 13615-1320 (2003).

    • 49

      Binder, DK et al. Augmentation de la durée de la crise et ralentissement de la cinétique potassique chez les souris dépourvues de canaux d’aquaporine-4. Glia 53 , 631 à 636 (2006).

    • 50

      Giaume, C., Koulakoff, A., Roux, L., Holcman, D. et Rouach, N. Réseaux Astroglial: un pas de plus dans les interactions neurogliales et gliovasculaires. Nat. Rev. Neurosci. 11 , 87–99 (2010).

    • 51.

      Mylvaganam, S., Ramani, M., Krawczyk, M. et Carlen, PL. Rôles des jonctions lacunaires, des connexines et des pannexins dans l’épilepsie. Frontières Physiol. 5 , 172 (2014).

    • 52.

      Deshpande, T. et al. Réorganisation subcellulaire et modification de la phosphorylation de la protéine connexin43 de la jonction de l’espace astrocytaire dans l’épilepsie du lobe temporal humaine et expérimentale. Glia 65 , 1809-1820 (2017).

    • 53

      Bedner, P. et al. Le découplage des astrocytes en tant que cause de l’épilepsie du lobe temporal humain. Brain 138 , 1208-1222 (2015).

    • 54

      Voss, LJ, Jacobson, G., Sleigh, JW, Steyn-Ross, A. et Steyn-Ross, M. Effets excitateurs de bloqueurs de jonctions lacunaires sur l’activité des crises semblables à celles du cortex cérébral chez le rat et la souris. Epilepsia 50 , 1971-1978 (2009).

    • 55.

      Au cours de MJ & Spencer, DD Glutamate hippocampique extracellulaire et convulsions spontanées dans le cerveau humain conscient. Lancet 341 , 1607-1610 (1993).

    • 56.

      T. Eid, Williamson, A., TS, Petroff, OA et de Lanerolle, Caroline du Nord. Le glutamate et les astrocytes, acteurs essentiels de l’épilepsie du lobe temporal mésial humain? Epilepsia 49 (Suppl. 2), 42–52 (2008).

    • 57

      Schousboe, A., S. Scafidi, LK Bak, Waagepetersen, HS & McKenna, MC métabolisme du glutamate dans le cerveau en se concentrant sur les astrocytes. Adv. Neurobiol. 11 , 13-30 (2014).

    • 58.

      Vandenberg, RJ & Ryan, RM Mécanismes du transport du glutamate. Physiol. Rev. 93 , 1621-1657 (2013).

    • 59

      Tanaka, K. et al. Épilepsie et exacerbation d’une lésion cérébrale chez des souris dépourvues du transporteur de glutamate GLT-1. La science 276, 1699-1702 (1997). Cette étude est la première à montrer que l’inactivation homozygote de GLT1 chez la souris provoque des crises spontanées mortelles .

    • 60.

      Kong, Q. et al. L’expression accrue de EAAT2, transporteur de glutamate glial, réduit les processus épileptogènes consécutifs au statut épileptique induit par la pilocarpine. Neurobiol. Dis. 47 , 145-154 (2012).

    • 61.

      Rothstein, JD et al. Les antibiotiques bêta-lactamines offrent une neuroprotection en augmentant l’expression du transporteur de glutamate. Nature 433 , 73–77 (2005).

    • 62

      Zeng, LH, Bero, AW, B., B., Holtzman, DM et Wong, M. La modulation des transporteurs de glutamate astrocytaire diminue les crises chez un modèle murin du complexe de la sclérose tubéreuse. Neurobiol. Dis. 37 , 764 à 771 (2010).

    • 63.

      Sha, L. et al. Inhibition pharmacologique de Hsp90 pour empêcher la dégradation de GLT-1 en tant que traitement efficace de l’épilepsie. J. Exp. Med. 214 , 547-563 (2017).

    • 64.

      Campbell, SL, Hablitz, JJ et Olsen, ML Modifications fonctionnelles des transporteurs de glutamate et des propriétés biophysiques des astrocytes dans un modèle de dysplasie corticale focale de rongeurs. De face. Cellule. Neurosci. 8 , 425 (2014).

    • 65.

      Campbell, SL & Hablitz, JJ Une diminution du transport du glutamate améliore l’excitabilité chez un modèle de dysplasie corticale chez le rat. Neurobiol. Dis. 32 , 254 à 261 (2008).

    • 66.

      Eid, T. et al. Perte de glutamine synthétase dans l’hippocampe humain épileptogène: mécanisme possible du glutamate extracellulaire en relief dans l’épilepsie du lobe temporal mésial. Lancet 363 , 28–37 (2004). Cette étude établit le rôle clé de la GS dans les astrocytes pour maintenir un niveau optimal de glutamate extracellulaire au cours du cycle glutamate-glutamine .

    • 67.

      van der Hel, WS et al. Glutamine synthétase réduite dans les zones de l’hippocampe avec perte de neurones dans l’épilepsie du lobe temporal. Neurology 64 , 326–333 (2005).

    • 68.

      Eid, T. et al. Convulsions récurrentes et pathologie cérébrale après inhibition de la glutamine synthétase dans l’hippocampe chez le rat. Cerveau 131 , 2061-2070 (2008).

    • 69

      Jiang, E., Yan, X. & Weng, HR Le transporteur de glutamate glial et la glutamine synthétase régulent la force synaptique GABAergique dans la corne dorsale dorsale. J. Neurochem. 121 , 526-536 (2012).

    • 70.

      Kaczor, P., D. Rakus et Mozrzymas, JW L’interaction neurone-astrocyte améliore la transmission synaptique GABAergique de manière dépendante des enzymes métaboliques clés. De face. Cellule. Neurosci. 9 , 120 (2015).

    • 71.

      Magistretti, PJ & Allaman, I. Une perspective cellulaire sur le métabolisme énergétique du cerveau et l’imagerie fonctionnelle. Neuron 86 , 883–901 (2015).

    • 72.

      Pellerin, L. & Magistretti, PJ Sweet, seize ans pour ANLS. J. Cereb. Flux sanguin Metab. 32 , 1152-1166 (2012).

    • 73.

      Gano, LB, Patel, M. et Rho, JM Les régimes cétogènes, les mitochondries et les maladies neurologiques. J. Lipid Res. 55 , 2211 à 2228 (2014).

    • 74.

      Sada, N., Lee, S., Katsu, T., Otsuki, T. et Inoue, T. Traitement de l’épilepsie. Cibler les enzymes LDH avec un analogue de stiripentol pour traiter l’épilepsie. Science 347 , 1362-1367 (2015).

    • 75.

      Verkhratsky, A. & Nedergaard, M. Physiologie de l’astroglie. Physiol. Rev. 98 , 239–389 (2017).

    • 76.

      Tyzack, GE et al. La réponse des astrocytes à une lésion du motoneurone favorise la plasticité synaptique structurelle via l’expression de TSP-1 régulée par STAT3. Nat. Commun. 5 , 4294 (2014).

    • 77.

      Andresen, L. et al. La gabapentine atténue l’hyperexcitabilité dans le modèle de congélation-lésion des malformations corticales du développement. Neurobiol. Dis. 71 , 305 à 316 (2014).

    • 78.

      Neniskyte, U. & Gross, CT Jardiniers en éruption: élagage synaptique dépendant des cellules gliales et troubles du développement neurologique. Nat. Rev. Neurosci. 18 658 (2017).

    • 79.

      Stevens, B. et al. Le complément classique en cascade favorise l’élimination de la synapse du système nerveux central. Cell i>                          131 b>, 1164-1178 (2007). Cette étude démontre que les astrocytes régulent la taille synaptique médiée par le complément par la microglie phagocytaire b>. p> li>

    • 80. span>

      Chu, Y. et al. Connectivité synaptique et épilepsie améliorées chez les souris knock-out C1q. Proc. Natl Acad. Sci. USA i>                          107 b>, 7975–7980 (2010). p> li>

    • 81.

      Clarke, LE et Barres, BA Rôles émergents des astrocytes dans le développement des circuits neuronaux. Nat. Rev. Neurosci. I>                          14 b>, 311–321 (2013). p> li>

    • 82.

      Aronica, E. et al. Complément d’activation dans l’épilepsie du lobe temporal expérimental et humain. Neurobiol. Dis. I>                          26 b>, 497-511 (2007). p> li>

    • 83.

      Hughes, EG, Elmariah, SB et Balice-Gordon, Des protéines sécrétées par Astrocyte RJ augmentent sélectivement la longueur de l’axone GABAergique de l’hippocampe, se ramifiant et synaptogenèse. Mol. Cellule. Neurosci. I>                          43 b>, 136–145 (2010). p> li>

    • 84.

      Eroglu, C. & Barres, BA Régulation de la connectivité synaptique par la glie. Nature i>                          468 b>, 223-231 (2010). p> li>

    • 85.

      Schafer, DP et al. Les microglies contribuent aux défauts de circuit chez les souris nulles Mecp2, indépendamment de la perte d’expression de Mecp2 spécifique à la microglie. eLife i>                          5 b>, e15224 (2016). p> li>

    • 86. span>

      Tian, ​​G.-F. et al. Une base astrocytaire de l’épilepsie. Nat. Med. I>                          11 b>, 973 (2005). Il s’agit de la première étude à montrer que le glutamate libéré par les astrocytes induit une activité neuronale de déclenchement et de convulsion b>. p> li>

    • 87. span>

      Clasadonte, J. & Haydon, PG dans Les mécanismes fondamentaux de l’épilepsie de Jasper i> (eds Noebels, JL, M. Avoli, M., Rogawski, MA, Olsen, RW et Delgado-Escueta, AV) (Centre national pour Biotechnology Information (US), 2012). p>

        • ul> li> ul> li>

        • 88. span>

          Kang, N., Xu, J. , Xu, Q., Nedergaard, M. & Kang, J. Dépolarisation transitoire induite par la libération de glutamate astrocytaire et décharges épileptiformes dans les neurones pyramidaux CA1 de l’hippocampe. J. Neurophysiol. I>                          94 b>, 4121–4130 (2005). p> li>

        • 89.

          T. Fellin, M. Gomez-Gonzalo, M., S. Gobbo, G. Carmignoto et Haydon, Le glutamate astrocytaire n’est pas nécessaire à la génération d’une activité neuronale épileptiforme dans les tranches de l’hippocampe. J. Neurosci. I>                          26 b>, 9312–9322 (2006). p> li>

        • 90.

          Robert, SM et al. L’expression de SLC7A11 est associée aux crises et prédit une survie médiocre chez les patients atteints de gliome malin. Sci. Transl Med. I>                          7 b>, 289ra86 (2015). p> li>

        • 91. span>

          Buckingham, SC et al. La libération de glutamate par les tumeurs cérébrales primaires induit une activité épileptique. Nat. Med. I>                          17 b>, 1269–1274 (2011). p> li>

        • 92.

          Tewari, BP et al. Les réseaux périneuronaux diminuent la capacité membranaire des interneurones à ponction rapide péritumorale dans un modèle d’épilepsie. Nat. Commun. I>                          9 b>, 4724 (2018). p> li>

        • 93. span>

          Campbell, SL et autres. La désinhibition GABAergique et une activité de cotransporteur KCC2 altérée sous-tendent l’épilepsie associée à la tumeur. Glia i>                          63 b>, 23–36 (2015). p> li>

        • 94.

          Pallud, J. et al. L’excitation GABAergique corticale contribue aux activités épileptiques autour du gliome humain. Sci. Transl Med. I>                          6 b>, 244ra89 (2014). p> li>

        • 95. span>

          Boison, D. Signalisation adénosinergique dans l’épilepsie. Neuropharmacologie i>                          104 b>, 131–139 (2016). p> li>

        • 96.

          Bowser, DN & Khakh, BS ATP excite les interneurones et les astrocytes pour augmenter l’inhibition synaptique dans les réseaux neuronaux. J. Neurosci. I>                          24 b>, 8606 (2004). p> li>

        • 97. span>

          Zhang, J.-M. et al. L’ATP libéré par les astrocytes est un médiateur de la suppression hétérosynaptique dépendante de l’activité glutamatergique. Neurone i>                          40 b>, 971–982 (2003). p> li>

        • 98.

          Gomes, CV, Kaster, député, Tomé, AR, Agostinho, PM & Cunha, RA Récepteurs de l’adénosine et maladies du cerveau : neuroprotection et neurodégénérescence. Biochim. Biophys. Acta ​​i>                          1808 b>, 1380–1399 (2011). p> li>

        • 99.

          Au cours de, MJ & Spencer, DD Adénosine: un médiateur potentiel de l’arrestation des crises et de la réfraction post-critique. Ann. Neurol. I>                          32 b>, 618–624 (1992). p> li>

        • 100.

          Aronica, E. et al. Régulation positive de l’adénosine kinase dans les astrocytes dans l’épilepsie du lobe temporal expérimentale et humaine. Épilepsie i>                          52 b>, 1645–1655 (2011). p> li>

        • 101.

          Lau, LW, R. Cua, R. Keough, MB, S. Haylock-Jacobs et S. Yong, VW Physiopathologie de la matrice extracellulaire cérébrale: une nouvelle cible pour la remyélinisation. Nat. Rev. Neurosci. I>                          14 b>, 722–729 (2013). p> li>

        • 102.

          McRae, PA, E. Baranov, Rogers, SL & Porter, BE Diminution persistante de plusieurs composantes du périneuron net après le statut epilepticus. Eur. J. Neurosci. I>                          36 b>, 3471–3482 (2012). p> li>

        • 103.

          Dityatev, A. & Fellin, T. Matrice extracellulaire en plasticité et épileptogenèse. Neuron Glia Biol. I>                          4 b>, 235–247 (2008). p> li>

        • 104.

          Dityatev, A. Rénovation de la matrice extracellulaire et épileptogenèse. Épilepsie i>                          51 b>, 61–65 (2010). p> li>

        • 105.

          Dubey, D. et al. Augmentation de l’activité de la métalloprotéinase dans l’hippocampe à la suite du statut épileptique. Epilepsy Res. I>                          132 b>, 50–58 (2017). p> li>

        • 106.

          Mizoguchi, H. & Yamada, K. Rôles des métalloprotéinases matricielles et de leurs cibles dans l’épileptogenèse et les crises convulsives. Clin. Psychopharmacol. Neurosci. I>                          11 b>, 45 (2013). p> li>

        • 107. span>

          E. Pollock, M. Everest, Brown, A. et Poulter, MO: l’inhibition de la métalloprotéinase empêche la réorganisation et la saisie de la synapse inhibitrice genèse. Neurobiol. Dis. I>                          70 b>, 21–31 (2014). p> li>

        • 108.

          Arranz, AM et al. Une carence en hyaluronane due à l’inactivation de Has3 entraîne une altération de l’activité neuronale et des convulsions via une réduction de l’espace extracellulaire cérébral. J. Neurosci. I>                          34 b>, 6164–6176 (2014). Cette étude présente les premières preuves directes de la survenue de crises d’épilepsie dues à la dégradation de la MEC b>. p> li>

        • 109. span>

          Rempe, RG et al. Dysfonctionnement de la barrière hémato-encéphalique médiée par la métalloprotéinase matricielle dans l’épilepsie. J. Neurosci. I>                          38 b>, 4301–4315 (2018). p> li>

        • 110.

          Rankin-Gee, EK et al. Dégradation périneuronale nette dans l’épilepsie. Épilepsie i>                          56 b>, 1124–1133 (2015). p> li>

        • 111.

          Kochlamazashvili, G. et al. L’acide hyaluronique, une molécule de matrice extracellulaire, régule la plasticité synaptique de l’hippocampe en modulant les canaux postsynaptiques de type Ca 2 sup>. Neurone i>                          67 b>, 116-128 (2010). p> li>

        • 112.

          Favuzzi, E. et al. Gating fonction de l’activité interneurone parvalbumine dépendante de l’activité par le brevican périneuronal net. Neurone i>                          95 b>, 639–655 (2017). p> li>

        • 113.

          Srinivasan, J., Schachner, M. et Catterall, WA Interaction des canaux sodiques voltage-dépendants avec la matrice extracellulaire les molécules de ténascine-C et de ténascine-R. Proc. Natl Acad. Sci. USA i>                          95 b>, 15753-15757 (1998). p> li>

        • 114.

          Frischknecht, R. et al. La matrice extracellulaire du cerveau affecte la mobilité latérale du récepteur AMPA et la plasticité synaptique à court terme. Nat. Neurosci. I>                          12 b>, 897–904 (2009). Il s’agit de l’une des premières études à expliquer le mécanisme moléculaire de la plasticité synaptique régulée par la MEC b>. p> li>

        • 115. span>

          Les réseaux de Balmer, TS Perineuronal améliorent l’excitabilité des neurones à pointe rapide. eNeuro i> ​​https://doi.org/10.1523/ENEURO.0112-16.2016 ( 2016). P>

            • ul> li> ul> li>

            • 116. span>

              Morawski, M. et al. Échangeur d’ions dans le cerveau: une analyse quantitative des sites de liaison anioniques fixés de manière périneuronale suggère des barrières de diffusion dotées de propriétés de tri ionique. Sci. Rep. I>                          5 b>, 16471 (2015). p> li>

            • 117. span>

              Härtig, W. et al. Neurones corticaux immunoréactifs pour le canal potassique Kv3. Les sous-unités lb sont principalement entourées de réseaux périneuronaux supposés servir de système tampon pour les cations. Brain Res. I>                          842 b>, 15-29 (1999). p> li>

            • 118.

              Glykys, J. et al. Les anions d’imperméabilisation locaux établissent la concentration de chlorure neuronal. Science i>                          343 b>, 670–675 (2014). Il s’agit de l’une des premières études à montrer la régulation de l’homéostasie du chlorure neuronal par la MEC b>. p> li>

            • 119. span>

              Zamanian, JL et al. Analyse génomique de l’astrogliosis réactif. J. Neurosci. I>                          32 b>, 6391–6410 (2012). p> li>

            • 120.

              Struve, J. et al. La perturbation de la matrice extracellulaire à base d’hyaluronane dans la moelle épinière favorise la prolifération des astrocytes. Glia i>                          52 b>, 16-24 (2005). p> li>

            • 121.

              Ye, Z.-C. & Sontheimer, H. Modulation du transport du glutamate glial par des interactions cellulaires avec la matrice extracellulaire. Int. J. Dev. Neurosci. I>                          20 b>, 209-217 (2002). p> li>

            • 122.

              Guadagno, E. & Moukhles, agrégation induite par H. Laminine du canal potassique se redressant intérieurement, Kir4. 1 et le canal perméable à l’eau, AQP4, via un complexe contenant du dystroglycane dans les astrocytes. Glia i>                          47 b>, 138–149 (2004). p> li>

            • 123.

              Seiffert, E. et al. Une perturbation durable de la barrière hémato-encéphalique induit un foyer épileptique dans le cortex somatosensoriel du rat. J. Neurosci. I>                          24 b>, 7829–7836 (2004). Cette étude fournit la première preuve directe qu’une perturbation de la BBB contribue à l’épileptogenèse b>. p> li>

            • 124. span>

              Ivens, S et al. L’absorption d’albumine médiée par le récepteur TGF-β dans les astrocytes est impliquée dans l’épileptogenèse néocorticale. Cerveau i>                          130 b>, 535–547 (2007). Cette étude démontre le rôle épileptogène de l’albumine sérique et de la signalisation du TGFβ dans les astrocytes à la suite d’une rupture de la BBB b>. p> li>

            • 125. span>

              Kim, SY, Buckwalter, M., Soreq, H., Vezzani, A. & Kaufer, D. Signalisation inflammatoire induite par un dysfonctionnement de la barrière hémato-encéphalique en pathologie cérébrale et épileptogenèse. Épilepsie i>                          53 b> (Suppl. 6), 37–44 (2012). p> li>

            • 126.

              Weissberg, I. et al. L’albumine induit une synaptogenèse excitatrice par le biais de la signalisation TGF-β / ALK5 astrocytaire dans un modèle d’épilepsie acquise après un dysfonctionnement de la barrière hémato-encéphalique. Neurobiol. Dis. I>                          78 b>, 115–125 (2015). p> li>

            • 127.

              Salar, S. et al. Un dysfonctionnement de la barrière hémato-encéphalique peut contribuer à la pharmacorésistance des convulsions. Épilepsie i>                          55 b>, 1255-1263 (2014). p> li>

            • 128.

              Kim, SY et al. La signalisation du TGFβ est associée à des modifications de l’expression des gènes inflammatoires et à la dégradation du réseau périneuronal autour des neurones inhibiteurs à la suite de diverses atteintes neurologiques. Sci. Rep. I>                          7 b>, 7711 (2017). p> li>

            • 129. span>

              Bar-Klein, G. et al. Le losartan prévient l’épilepsie acquise via la suppression de la signalisation du TGF-β. Ann. Neurol. I>                          75 b>, 864–875 (2014). p> li>

            • 130.

              Yang, Y., Estrada, EY, JF Thompson, JF, Liu, W. & Rosenberg, GA Métalloprotéinase matricielle- La perturbation médiée des protéines à jonction serrée dans les vaisseaux cérébraux est inversée par un inhibiteur de la métalloprotéinase à matrice synthétique dans l’ischémie focale chez le rat. J. Cereb. Métab sanguin. I>                          27 b>, 697–709 (2007). Cette étude fournit des preuves directes que les MMP altèrent l’intégrité de la BHE en dégradant les protéines de jonction serrées b>. p> li>

            • 131. span>

              Feng, S. et al. Les métalloprotéinases 2 et 9 matricielles sécrétées par les cellules leucémiques augmentent la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique en perturbant les protéines à jonction étroite. PLOS ONE i>                          6 b>, e20599 (2011). p> li>

            • 132. span>

              L. Djerbal, Lortat-Jacob, H. et Kwok, J. Les sulfates de chondroïtine et leurs molécules de liaison dans le système nerveux central système. Glycoconj. J. I>                          34 b>, 363–376 (2017). p> li>